Au soir du 16 janvier 1793, la Convention commence à enregistrer les votes sur la peine à infliger au roi, sous les cris d'un public déchaîné. 361 députés se prononceront pour la peine capitale sans condition, juste la majorité absolue…

Proces et condamnation de Louis XVIL’insurrection du 10 août 1792 a conduit à l’abolition de la monarchie en France, mais le roi est toujours vivant. Que faire de ce prisonnier dont le sort engage l’avenir de la Révolution ? La Convention doit trancher cette question. Elle commence par le déclarer jugeable, alors même que la Constitution le protégeait, et bientôt coupable au terme d’un procès de quinze jours, du 11 au 26 décembre. Il ne pouvait en être autrement. Robespierre l’a clairement exprimé : si Louis XVI est innocent, l’insurrection du 10 août est une rébellion ; s’il est coupable, il doit mourir.

Le 15 janvier, trois questions sont posées aux députés : Louis XVI est-il coupable ? Le oui l’emporte à la quasi-unanimité. Sera-t-il fait appel au peuple ? Non, la minorité agissante serait immanquablement désavouée. Quelle sera la sentence ? Les derniers votes sont déposés au soir du 17 janvier. 361 députés se prononcent pour la mort sans condition. C'est là la majorité absolue requise. Louis XVI est condamné à la peine capitale, notamment par son cousin Philippe Egalité, ci-devant duc d’Orléans, qui le suivra sur l’échafaud à la fin de l’année 1793.

Le procès verbal de la séance est consultable en ligne sur les pages d'Archives de l'Assemblée Nationale (cliquez sur le lien ou sur l'image).